Les houblonnagesDurée du dry hopping et autres questions.

Mash hopping, first wort hopping, bittering, aromatique, late hopping, houblonnage continu... C'est ici.
Règles du forum
Chers membres, merci de prendre connaissance et respecter les quelques règles de bon sens suivantes avant de poster votre message :
- Vous assurer que vous postez dans la bonne rubrique
- Vérifier qu'il n’existe pas déjà une réponse à votre question ou un sujet identique
- Prendre conscience que vos propos n’engagent que vous et que vous devrez en assumer la paternité
- Vérifier les sources des informations que vous diffusez, en vous assurant le cas échéant de respecter les droits d’auteur qui peuvent être liés aux informations, images ou documents cités
- Prendre soin de respecter vos interlocuteurs et bannir les insultes et autres propos diffamatoires ou dégradants
- Vous assurer de rester autant que faire se peut dans le sujet exposé
- Prendre le temps de vérifier l’orthographe et la grammaire de votre message
Merci par avance de votre contribution à préserver le bon esprit de ce forum.
Anathorne
Ch'ti nouveau
Messages : 176
Inscrit depuis : 10 mois
Brasseur : Amateur
A remercié : 17 fois
A été remercié : 10 fois

Durée du dry hopping et autres questions.

Message par Anathorne »

Bonjour,
En discutant avec un brasseur confirmé je me suis rendu compte qu'il avait une façon moins orthodoxe de considérer le houblonnage à sec. J'avais lu un peu partout qu'on préconisait un maximum de 4 jours d'immersion du houblon dans le mout pour éviter d'extraire le coté "herbeux" de ce dernier. Ce brasseur m'a conseillé de laisser les houblons à minima une semaine dans le fermenteur, qu'il n'avait jamais relevé ce gout même après plusieurs semaines de dry hopping.
Il m'a aussi conseillé de laisser les pellets libres dans le fermenteur pour éviter toutes manipulations inutiles (oxydation) et pour le cold crash d'abaisser la température de la chambre de fermentation par pallier de 5°tous les 48h ou 72h si je me souviens bien. Cela éviterait d'incorporer de l'oxygène au mout après le dry hopping.
En parlant d'oxydation l'ajout des gaz dans le fermenteur n'aurait aucun impact (ou très peu) sur les risques, par contre ce brasseur supprime le transfert en cuve de resucrage pour embouteiller depuis le fermenteur primaire en ajoutant le sucre directement dans les bouteilles.

Je suis très curieux d'avoir vos avis sur ces propos. Comme pour pas mal de sujets je me rend compte qu'il existe plusieurs écoles et sons de cloche dans l'univers du brassage :)
Avatar de l’utilisateur
Dab2
Brasseur
Brasseur
Messages : 1637
Inscrit depuis : 6 ans 11 mois
Mon équipement : Deux cuves 35 L + Stérilisateur 27 L
Fond filtrant bombé
Serpentin inox
Dames-jeannes, sodakegs et minikegs
Brasseur : Amateur
Localisation : Paris 12
A remercié : 115 fois
A été remercié : 187 fois

Re: Durée du dry hopping et autres questions.

Message par Dab2 »

Sur les plusieurs semaines en fermenteur, j’ai pas fait donc pas de retour d’expérience. Mais j’en ai pas entendu beaucoup de bien, notamment dans The New IPA de Scott Janish :)
Ma pratique est plutôt de faire ce DH à température fraîche (10-15°C) pendant 3j environ.

L’ajout des gaz dans le fermenteur, pas bien compris de quel gaz on parle ?
La diminution de température : pour moi ça dépend pas du rythme de diminution mais simplement de ce qui est aspiré dans le fermenteur lors de cette phase. Certains mettent un ballon de CO2 à la place du barboteur pour remplacer le volume qui se rétracte par le CO2 plutôt que l’air. Moi je ferme mon fermenteur complètement (keg pressurisé).

Sur le dernier point je suis assez d’accord, sur des styles très houblonnés je ne referai plus de transfert en cuve de sucrage. À mon avis ça a tué beaucoup de mes brassins Image
Avatar de l’utilisateur
Pedzouille
Brasseur
Brasseur
Messages : 1814
Inscrit depuis : 6 ans 4 mois
Brasseur : Amateur
Localisation : Moselle - Sarreinsming
A remercié : 2 fois
A été remercié : 166 fois

Re: Durée du dry hopping et autres questions.

Message par Pedzouille »

Le DH le plus long que j'ai fait c'était 8 jours, mais à 4/5°.

Et fermentant sous pression, pas de soucis de transfert ni de resucrage.
Dans la vie on ne fait pas ce que l'on veut mais on est responsable de ce que l'on est.

Je crains le jour où la technologie surpassera nos échanges humains. Le monde aura une génération d’idiots. #FB #X #Instagram #TikTok etc... [#Albert E.]
Anathorne
Ch'ti nouveau
Messages : 176
Inscrit depuis : 10 mois
Brasseur : Amateur
A remercié : 17 fois
A été remercié : 10 fois

Re: Durée du dry hopping et autres questions.

Message par Anathorne »

Pardon je parlais de l'ajout de gaz (co2, o2 ?) que certains font dans les fermenteurs plastiques à couvercle (comme ceux que j'utilise) après les avoir ouvert pour y balancer le houblon. J'ai vu que certain utilisaient des soda stream pour "rajouter" une couche protectrice après le dry hopping.
Je fais un test sur 7 jours de houblonnage, on verra bien.
Donc vous préconisez la suppression de la cuve de resucrage pour les styles houblonnées ou très houblonnées ? Je fais pas (encore) de Neipa pour ma part.
Faudrait que je demande à fermzilla à papa noel :whistle: