Beersmith3-Aide/Outil Carbonatation

De Le Wiki du Brassage Amateur
Aller à : navigation, rechercher

L'outil carbonatation est utilisé pour estimer le sucre de maïs à ajouter pour gazéifier à la pression nécessaire une bouteille ou un fût de bière. 

A noter que le niveau de carbonatation est mesurée en volume de CO2 . Un litre de gaz de CO2 dissous dans 1 litre d' eau représente 1 volume de CO2.

La plage typique des styles de bière va de 1,8 volumes (une bière anglaise relativement plate) à 3,0 volumes pour une bière allemande très gazeuse.

La plupart des bières sont dans la gamme des 2.3 à 2.7 volumes. 

Notez que le système de recettes prend en charge les profils de carbonatation qui offrent une plus grande souplesse dans la mise en bouteille et mise en fûts. 

Articles en ligne (en anglais) : How to Keg Homebrewed Beer

RTENOTITLE

 Utilisation de l'outil carbonatation

  • Sélectionnez l'outil Carbonatation dans le menu Outils ou le ruban,
  • Entrez le nombre de volumes de CO2 visé qui déterminera votre niveau de carbonatation. La plupart des bières nécessite entre 2,0 et 3,0 volumes, bien que quelques styles soient au-dessous ou au-dessus de ces valeurs moyennes,
  • Si c'est une mise en bouteille, entrez la température de la bière quand elle est mise en bouteille (en général la température ambiante). Si enfûtage, entrez la température de stockage du fût (généralement la température du réfrigérateur où le fût est stocké),
  • Entrez le volume de la bière finie,
  • En cas d'enfûtage, l'outil affiche la pression de carbonatation cible pour la carbonatation forcée. Comme alternative, vous pouvez aussi envisager de carbonater naturellement votre fût avec la quantité de sucre de maïs indiquée, bien que la carbonatation naturelle en fûts soit rarement utilisée aujourd'hui,
  • Pour la mise en bouteille, le poids de sucre de maïs ou encore le poids de l'extrait de malt sec à utiliser pour la mise en bouteille de la bière est affiché.

Ndt: les brasseurs francophones, et principalement européens, utilisent principalement du sucre de table (ou sucre de betterave), présentant un pouvoir sucrant supérieur (109,9%) au sucre de maïs traditionnellement utilisé outre atlantique. Pour tenir compte de cette différence en pouvoir sucrant, diviser les volumes de sucre de maïs par 1,10 ou 1,099 pour les maniaques de la précision.