Page 2 sur 2

Re: NEIPA Kveik Voss

MessagePosté: 21 Sep 2020 17:14
de Vince de la BDH
Salut Eric,

Bien joué, c'est beau !
Le refermentation express à chaud semble nécessaire pour la kveik qui, comme j'ai pu lire ci et là et m'en rendre compte par moi-même, peut être poussive pour la carbo. En contrepartie, ce passage à chaud ne doit pas être bon pour les arômes du houblon. Là, réside toute la difficulté de l'exercice :D .
Trop amère ? A refaire avec 0 houblon à l'ébullition amha, mais ça c'est une autre histoire.

(J'espère pouvoir bientôt récupérer une cuve de 30L et un sac biab pour tenter ce genre d'expérience neipesque, à suivre...)
++

Re: NEIPA Kveik Voss

MessagePosté: 21 Sep 2020 18:17
de Eric974
C'était juste sur une bouteille, le reste refermente gentiment à une température de 20°

J'ai fait un essai de carbo rapide sur mon American BW pour savoir si les levures serait encore vivantes à l'embouteillage, à 14 jours j'ai mi du sucre dans une bouteille et au chaud..... nickel à 4 semaines j'ai embouteillé sans stress

J'y réfléchi pour la prochaine à ne pas mettre de houblons à l'ébu

Re: NEIPA Kveik Voss

MessagePosté: 21 Sep 2020 19:04
de Vince de la BDH
Bien vu la refermentation à chaud sur une seule bouteille !

Re: NEIPA Kveik Voss

MessagePosté: 22 Sep 2020 8:44
de sirhotman
J'ai fait dernièrement une NEIPA aussi avec cette levure sauf qu'en base malté il n'y avait pas de grains cru, que du pils et du acide pour mon pH :D Je me demande si cette souche n'est pas un peu faite pour ça... A voir, je me demande aussi si ça ne peut pas venir de l'eau du réseaux en ce moment mes bières sont plus laiteuses que d'habitude. Ceci dit elle est super sympa, bine jus de fruit, aromatique mais amèèèèère! Pourtant la dose de houblon n'était pas folle il m'a semblais, à voir si ça se tasse avec le temps, c'est peut-être un autre côté de cette levure. Il y en aura au brassam SEC pour ceux seront intéressé.


"La philosophie et la bière c'est la même chose, Consommées, elles modifient toutes les perceptions que nous avons du monde."
Dominique-Joël Beaupré